exposition raoul dufy


Après les manifestations du cinquantenaire de sa disparition à Forcalquier, Raoul Dufy connaît un regain d’intérêt mérité.

 

Bibliographie | Liens

 

Raoul et Jean Dufy « Complicité et rupture »

Au Musée Marmottan Monet du 14 avril au 26 juin 2011

exposition raoul dufy dans art duffy1  duffy2 dans art

Pour la première fois, une exposition propose une confrontation et une lecture croisée des œuvres picturales de deux frères dont l’un a connu une renommée mondiale tandis que l’autre, malgré d’appréciables qualité, n’a jamais pu atteindre à une reconnaissance pourtant méritée.

C’est tout l’intérêt de cette confrontation qui met en lumière les parcours parallèles de l’aîné, Raoul Dufy (1877 – 1953), et de son cadet Jean Dufy (1888-1964). Souvent très proches par les sujets et les thèmes d’inspiration, par la manière chez l’un et l’autre de faire exploser les couleurs, Jean à pourtant réussi à se libérer de l’influence de son frère pour créer un univers pictural qui mérite la redécouverte.

Bref, une très belle et très intéressante exposition qui réjouit les sens et permet de mieux comprendre les tourments de la filiation dans l’art !

Pour en savoir plus : www.marmottan.com

Musée Marmottan Monet
2, rue Louis-Boilly – 75016 Paris France – Tél. : 01 44 96 50 33

 

UN TIMBRE ILLUSTRÉ D’UNE ŒUVRE DE RAOUL DUFY

Malgré les demandes faites en temps utile par l’Association des Amis de Raoul Dufy, l’administration de La Poste n’avait pas jugé utile d’éditer, en 2003, un timbre en hommage à Raoul Dufy, à l’occasion de la Commémoration nationale du cinquantenaire de sa disparition à Forcalquier.

Cet été 2004, par contre, a vu l’émission d’un timbre sobrement intitulé « Vacances » portant la reproduction d’une des œuvres les plus charmantes de l’artiste : « La visite de l’escadre anglaise »

envelop

Les esprits chagrin diront qu’une nouvelle fois, en confinant Dufy au rang d’illustrateur de scènes de vacances, une certaine intelligentzia cherche encore à accréditer l’idée que Dufy est un peintre mineur qui s’est toujours complut dans la facilité.

Nous dirons au contraire que ce timbre est toujours mieux que rien, que les esprits éclairés et les vrais amateurs sauront reconnaître au premier coup d’œil le style si personnel de « l’enchanteur » apprécié dans le monde entier comme l’un des plus grands peintres français.
Avec le souci d’éducation et de pédagogie qui nous anime, nous regretterons cependant que le nom de Dufy soit pratiquement illisible sur le timbre, rendant illusoire tout espoir de découverte pour les non initiés.

duffy1

duffy2

 

empty L’Apétitif
Peinture
Raoul Dufy
(1908)
empty Trente ans
Peinture
Raoul Dufy
(1931)
empty Fête nautique au Havre
Peinture
Raoul Dufy
(1925)
empty Revue navale au Havre
Peinture
Raoul Dufy
(1925)
empty Jardin et maison au Havre
Peinture
Raoul Dufy
(1915)

duffy3

dufy4

 

 

Musée VirtuelPeinture, littérature, cinéma, lieux et monuments.

 


 

Raoul DUFY

Dissocier couleurs et dessin

Raoul Dufy, artiste et modèleRaoul Dufy naît le 3 juin 1877 au Havre.
Première exposition au Salon des Artistes français en 1901, puis en 1903 au Salon des Indépendants. Il peint beaucoup aux environs du Havre, et notamment sur la plage de Sainte-Adresse rendue célèbre par Eugène Boudin et Claude Monet.
Influencé par le Fauvisme et en particulier par l’œuvre de Matisse, il travaille avec Friesz et Marquet sur des tableaux de rues pavoisées de drapeaux, de fêtes de village, de plages.
En 1908, prenant conscience de l’importance de Cézanne au cours de la grande rétrospective de 1907, il abandonne le Fauvisme et cette même année, il se rend à l’Estaque, près de Marseille avec Georges Braque. Ils peignent, souvent côte à côte, les mêmes motifs que Cézanne.
En 1911, il épouse une Niçoise, Eugénie-Émilienne Brisson et monte une petite entreprise de décoration de tissus, « La Petite Usine » avec un ami. Il y imprime ses premières tentures et étoffes.
Au cours de son premier séjour à Vence en 1919, les couleurs de ses tableaux deviennent plus vives et son dessin plus baroque.
En 1926, en regardant une petite fille qui court sur le quai de Honfleur, il comprend que l’esprit enregistre plus vite la couleur que le contour. Il va alors dissocier les couleurs et le dessin.
En 1936-1937 il réalise, pour le Pavillon de l’Électricité de l’Exposition Internationale, la plus grande peinture existant au monde : La Fée Électricité (624m²).
Raoul Dufy commence à ressentir, en 1937, les premières atteintes d’une maladie douloureuse et invalidante : la polyarthrite rhumatoïde.
Les aquarelles des Châteaux de la Loire et de Venise (nombreuses vues de la ville et de la lagune) voient le jour en 1938. Il travaille également à de très grands panneaux pour le Palais de Chaillot : La Seine de Paris à la Mer.
Au début des années 40, il peint les cartons pour les grandes tapisseries Collioure et Le bel été. Dufy excelle aussi dans la composition de décors et costumes de théâtre pour la Comédie française. Dans ses tableaux, il abandonne progressivement les larges bandes de couleurs pour une teinte d’ensemble dominante.
Au Musée d’Art et d’Histoire de Genève, 261 œuvres, ainsi que des céramiques, tapisseries, livres sont rassemblées en 1952. Par ailleurs 41 œuvres sont envoyées par la France à la Biennale de Venise. Il remporte le Prix de Peinture et en offre le montant à un peintre italien et à Charles Lapicque pour qu’ils puissent séjourner l’un en France et l’autre à Venise. Le peintre Alfred Manessier sera le dernier Français à obtenir ce prix. Dufy s’installe à Forcalquier en Provence.
C’est là qu’il meurt le 23 mars 1953. Ses derniers mots ont été pour demander à son secrétaire d’ouvrir les volets de sa chambre pour voir la montagne. Après une inhumation provisoire, la ville de Nice offre un emplacement au cimetière de Cimiez en 1956.

Oeuvres de Raoul Dufy

Avenue du Bois de Boulogne Barques à Martigues Ceres au bord de la mer Le Cirque Régattes à Cowes La Fée électricité Paysage de Vence Maisons pavoisées à Honfleur Nice, le casino de la jetée Fenêtre ouverte, à Nice Collioure La Seine, L'Oise et la Marne La SeineCLIQUEZ SUR LES OEUVRES POUR LES VOIR EN PLUS GRAND

Pour en savoir plus :
http://www.raoul-dufy.com/pages/pafauv04.html

  Une grande vente de gouaches de Raoul Dufy
issues de son travail pour les tissus Bianchini-Férier
 

annondeburaux2

annondeburaux1

 

Les motifs créés par Raoul Dufy pour l’impression ou le tissage de tissus et soieries aux établissements lyonnais Bianchini-Férier, étaient exécutés à la gouache par l’artiste avant d’être transformés en rouleaux d’impression ou en bandes perforées pour les métiers Jacquard. Pendant 17 ans, la verve décorative de Raoul Dufy a pu pleinement s’exprimer à travers les centaines de projets réalisés.

Ces œuvres ont été mises en vente à l’Hôtel Drouot le 10 mai 2006, après exposition à l’hôtel particulier construit par Hector Guimard « La Mezzara » 60, rue de la Fontaine dans le 16e arrondissement de Paris, du 30 avril au 2 mai.

Renseignements : Maître Patrick DEBURAUX commissaire-priseur habilité
Tél. 01 42 24 80 76 ou par courriel : patrickdeburaux@deburaux.com
www.deburaux.com


 

 

 

 

 

 

 

 

ESSYAVECA ? |
Le Parti de la France en Li... |
DEMOCRATIE MUSULMANE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AGIR ENSEMBLE POUR LA COTE ...
| CHANGER L'ALGERIE
| retraite à 60 ans et même a...