CROIRE EN L’AVENIR + chanson de JACQUES BREL – JAURES -

 

Je trouve que le fait d’avoir été élevé dans du coton ne nous apprend pas à combattre , et à se forger une carapace pour se préserver des intempéries de la vie. Au début du siècle dernier, la vie n’était pas rose, et pourtant le peuple ne se plaignait pas, bravement il travaillait 10 à 15 heures par jour,  souvent dans des conditions difficiles, sans jour de repos. Le logement était insalubre, en ville on vivait à 5  voir plus dans un deux pièces  sans commodité

La pilule n’existait pas, les familles étaient nombreuses, et on vivait tant bien que mal avec la paye que le père ramenait à la maison.la mère restait au foyer pour élever les enfants et s’occuper de la maison .

Il n’y avait ni lave-linge, ni lave-vaisselles les fins de mois étaient difficiles à boucler,et souvent on ne mangeait pas à sa faim, 

Dans une famille , il n’y avait que l’ainé de la fratrie qui connaissait quelques vêtements neufs, les autres enfants se repassaient les vêtements qui avaient servis au premier, puis au second et ainsi de suite, il n’était pas question de marques !

La plupart des enfants travaillait après le certificat d’études dans le meilleur des cas, parfois même avant, surtout à la campagne, ou il fallait aider à la ferme ou aux travaux des champs. En clair, on peut dire que c’était la misère.

Et pourtant…..

Il régnait , une joie de vivre qui n’existe pas aujourd’hui, l’espoir était de mise, on ne partait pourtant pas en vacances, ni en été, ni en hiver, il n’y avait pas de congés payés,  les voitures n’en parlons pas, elles n’existaient que pour les gens fortunés,  le divertissement des jeunes c’était la rue,

Il y avait les chanteurs des rues, qui remplaçaient les CD, MP3 d’aujourd’hui, le phonographe existait, mais seuls les bourgeois en possédaient,

Les ordinateurs , on ne connaissait pas, le cinéma n’était pas parlant, il fallait savoir lire pour suivre le film.

Bien sûr il y avait des bals , le  sport (boxe, football, compétitions cyclistes )et puis, et puis, on organisait des fêtes, ou l’on chantait, ou l’on riait.

  A  NOEL on se contentait de quelques friandises pour ceux qui le pouvaient, mais point de merveilleux cadeaux .

Le seul HIC c’était l’alcool….  l’alcool qui faisait oublier la fatigue, la faim ,les soucis, la misère, la maladie mais il n’y avait pas de drogues, il fallait faire front à la dure réalité. D’ailleurs faire front, ils connaissaient avec la guerre de 1914-1918, où,  bien des hommes moururent ou revinrent mutilés.

Les femmes en attendant devaient faire bouillir la marmite pour leurs enfants. ces situations, malheureusement n’étaient pas voulues, comme maintenant   ou certaines femmes décident d’élever des enfants seules, avec l’aide toutefois  des pouvoirs publics .

les aides publiques, dans les premières années du XXe siècle  étaient quasi inexistantes, il fallait se débrouiller seuls , il fallait du courage, ne pas baisser les bras,

la sécurité sociale (1946) la retraite( 1946) la reraite complémentaire (1964), les aides au logement, les allocations familiales toutes ces avancées sociales virent le jour vers la moitié du XXè siècle.

L’existence était si difficile qu’on n’avait guère le temps d’être dépressif, La violence pour la violence, on ne connaissait pas,

on avait d’autres chats à fouetter que de brûler des voitures, ou des poubelles.

La vie était si dure pour rester en vie qu’on  ne pensait certes pas à mettre fin à ses jours, il fallait survivre, essayer d’être plus heureux, croire en l’avenir.

Finalement ils y sont parvenus, ils nous ont légué une vie bien plus douce qu’on ne sait d’ailleurs pas apprécier à sa juste valeur.

Grâce à eux, dans la seconde moitié du XXè siècle , de leur vie d’enfer, nous avons hérité d’une vie facile qui semble nous déplaire. De quoi les faire retourner dans leurs tombes ! !

Le bonheur, n’est jamais là où on le pense ! Le malheur chacun en a sa part…… mais avec plus ou moins d’intensité.

ne pleurons pas la bouche pleine, et soyons conscients que nous ne sommes pas les plus malheureux, d’autres, avant nous, ont débroussaillé notre chemin, continuons le travail sans trop gémir.

 

commenter

flux rss

 

 

 

ESSYAVECA ? |
Le Parti de la France en Li... |
DEMOCRATIE MUSULMANE |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AGIR ENSEMBLE POUR LA COTE ...
| CHANGER L'ALGERIE
| retraite à 60 ans et même a...